ARAGP

Association Rhône-Alpes de Gérontologie Psychanalytique

L'ACTUALITÉ DE L'ARAGP

34e journée d'étude de l'ARAGP
Figures de la passivité au grand âge. Accueils, écueils, risques et ouvertures

Lyon / 14 janvier 2022

En janvier 2021, la journée de l’ARAGP proposait de penser le Covid et le confinement dans le champ des institutions gériatriques. L’aventure n’est pas terminée, avec ses bas et ses hauts, nous obligeant à une forme de « vivre avec » porteuse de sa part d’incertitude.

D’une manière ou d’une autre, cette aventure confronte chacun.e à la passivité, quand ce n’est à  la passivation.

Le couple freudien actif/passif et ses enjeux de retournement et de projection croise les représentations sociales qui valorisent l’actif et dévalorisent le passif, si ce n’est dans l’éloge d’un lâcher-prise qui demanderait à être approfondi.

Si la passivation s’articule avec l’emprise, avec un vécu d’impuissance subie (que ce soit du fait d’autres – famille, soignants,… , ou du fait du corps qui lâche, ne répond plus), la passivité peut s’articuler avec un masochisme tempéré, avec l’attente, l’accueil de ce qui vient du dehors comme du dedans. La passivité ouvre potentiellement à l’espace de la rêverie, mais aussi à une forme de latence, au désespoir comme à l’espoir de retrouvailles avec des objets anciens ou récents. 

Passif.ve celui.celle qui abandonne, qui glisse, mais aussi celui.celle qui s’abandonne à des bras internes ou externes.

Consulter l'archive et télécharger le fasicule

34e journée d'étude de l'ARAGP
Figures de la passivité au grand âge. Accueils, écueils, risques et ouvertures

14 janvier 2022

En janvier 2021, la journée de l’ARAGP proposait de pense le Covid et le confinement dans le champ des institutions gériatriques. L’aventure n’est pas terminée, avec ses bas et ses hauts, nous obligeant à une forme de « vivre avec » porteuse de sa part d’incertitude.

D’une manière ou d’une autre, cette aventure confronte chacun.e à la passivité, quand ce n’est pas la passivation.

Le couple freudien actif/passif et ses enjeux de retournement et de projection, croise les représentations sociales qui valorisent l’actif et dévalorisent le passif dans un cortège associatif, si ce n’est dans l’éloge d’un lâcher-prise qui demanderait à être approfondi.

Si la passivation s’articule avec l’emprise, avec un vécu d’impuissance subie (que ce soit du fait d’autres – famille, soignants,… , ou du fait du corps qui lâche, ne répond plus), la passivité peut s’articuler avec un masochisme tempéré, avec l’attente, l’accueil de ce qui vient, du dehors comme du dedans. La passivité ouvre potentiellement à l’espace de la rêverie, mais aussi à une forme de latence (processus mobilisable aux différents âges de la vie), au désespoir comme à l’espoir de retrouvailles avec des objets anciens ou récents.

Passif.ve celui.celle qui abandonne, qui glisse, mais aussi celui.celle qui s’abandonne à des bras internes ou externes.

Programme détaillé

Tissages d'histoires, travail d'historisation et vieillissement

Sous la direction de Jean-Marc Talpin avec l'association ARAGP

Comment penser les cliniques du vieillir à travers l’historisation du sujet ? La prise en charge des personnes âgées, comme pour toute prise en charge, ne peut se faire sans tenir compte de l’histoire du sujet. Dans le contexte du vieillir, la trajectoire de vie, l’histoire de vie et son récit, ou même l’absence de récit prennent toutes son importance, et doivent être écoutées.

Découvrir

Clinique du vieillir

Sous la direction de Jean-Marc Talpin avec l'association ARAGP

Comment penser les cliniques du vieillir ? Face au vieillissement de la population, on assiste à un développement croissant des besoins de prise en charge des âgés à domicile ou en institution.

Clinique du vieillir constitue un outil pour les professionnels, leur permettant d’exercer une pensée critique et éclairée sur leurs pratiques. De cela dépend l’amélioration de la qualité des soins et de l’accompagnement des personnes âgées.

Découvrir

ARCHIVES

Journée 2021 / Un virus chez les vieux. Sur le confinement, le déconfinement et quelques-uns de leurs effets psychiques.

La pandémie du Covid 19, le confinement et ses suites ont agi, en-deçà du manifeste, des dimensions traumatiques, comme révélateurs du négatif habituellement contenu par les cadres institutionnels, les rites sociaux…

Cette journée de l’ARAGP, qui assume le risque de penser à chaud, alors que la crise semble s’installer, se propose de déployer une partie de ce négatif, généralement muet, frappé de déni, pris dans des pactes et des alliances sociales, institutionnelles, familiales, groupales. Ce négatif, ses effets et certaines des modalités de son traitement seront en particulier explorés, à partir de témoignages et de théorisations

Consulter l'archive et télécharger le fasicule

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter

Un moyen simple et efficace de vous délivrer des informations sur l'actualité de l'AGARP (journées, colloques...).

À PROPOS DE

L'ARAGP

L'Association Rhône-Alpes de Gérontologie Psychanalytique (ARAGP) a pour buts de favoriser et de participer à l'élaboration d'outils de pensée psychanalytique du vieillissement normal et pathologique.

En savoir plus sur l'ARAGP

ARCHIVES

Les colloques et les journées de l'ARAGP

L'ARAGP met à disposition les programmes de ces Journées et de ces Colloques. Vous pouvez consulter et télécharger les éléments principaux.

Découvrir les archives de l'ARAGP

RÉSEAUX

Facebook

Pour vous tenir au courant des dernières actualités

Consulter notre page Facebook